Parentalité

La résilience

Avez-vous déjà entendu parler de ce terme ? Moi je n’en avais pas entendu parlé avant de commencer ma formation pour d’accompagnante en parentalité. Pourtant je me suis rendue compte que je l’avais expérimentée de nombreuse fois.

A la base c’est une notion physique qui définit la résistance aux chocs d’un matériau.

Quand on parle de résilience, il y a toujours Boris Cyrulnik pas loin, neuropsychiatre. Il a fait découvrir le concept en France. La définition qu’il en donne est : « C’est la reprise d’un nouveau développement après une agonie psychique traumatique ». Et il ajoute : « le malheur n’est pas une destinée, rien n’est irrémédiablement inscrit, on peut toujours s’en sortir ».


Pourquoi je vous parle de cette notion ? Parce que pour affronter le quotidien en tant que parent, je pense qu’un peu de développement personnel serait utile. Nous sommes les architectes de notre propre vie, bonheur et destiné. Quand nous avons compris cela nous développons une force intérieure. Celle-ci nous permet de faire face aux adversités de la vie.

Chaque personne a vécu ou vivra, un jour ou l’autre, une ou des situations compliquées. Nous avons parfois l’impression que c’est la fin, le sentiment que nous n’y arriverons pas, que tout s’écroule autour de nous.

La résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents.

Boris Cyrulnik

En tant que parents, nous avons la possibilité d’accueillir un renouveau et de rebondir face à une situation négative ou des souffrances. « Je ne m’en sors pas avec mes enfants », « Je ne suis pas la mère que je souhaite être », « Je ne suis pas assez forte pour gérer les allergies de mon enfant ». Ce ne sont pas des fatalités en cherchant autour ou à l’intérieur de nous, on peut trouver les ressources pour atteindre la résilience. Je peux vous accompagner dans ce processus si vous le souhaitez.

Je voulais remercier Elodie Crepel qui m’a donné envie d’écrire sur la résilience après avoir reçue ses fiches pendant la semaine de la bienveillance.

Voir aussi